Catégorie : Couture-crochet

SHL, c’est quoi ça ?

Les premières fois où j’ai lu SHL, je me suis demandé de quoi on parlait. En farfouillant un peu, j’ai vite compris qu’on parlait de ce que les filles utilisent chaque mois. Ou au moins certaines filles, car tout le monde n’est pas obligé de souscrire à cette idée. Des serviettes hygiéniques lavables à l’ère de l’intelligence artificielle, ça peut paraître un retour en arrière. J’ai d’ailleurs beaucoup lu d’avis de personnes de mon âge (presque 3 fois 20 ans, et plus ….) qui criait à l’aberration car c’est tellement plus facile le jetable. N’ayant plus à utiliser ce genre « d’ustensile », je ne jette la pierre ni aux unes ni aux autres mais je me suis mise à la couture pour une de mes filles qui elle, les a adoptées.

Je lui en avais fait l’an dernier que je n’avais pas photographiées pour le blog. Cette fois, j’ai détaillé les étapes de couture.

J’ai choisi noir et je sais que ça peut choquer. On ne voit pas le flux, ni sa quantité, ni sa couleur et ça peut perturber. Dans ce cas, il suffit de mettre au moins une serviette claire durant les règles pour se rassurer.

Par contre, je ne préconiserai pas le noir pour un protège slip sachant que les pertes naturelles peuvent parfois prendre une couleur différente, signe que quelque chose ne va pas, donc vaut mieux voir les choses …..

 

Les tissus viennent de chez tiloudou et sont certifiés Oekotex. La micro polaire noire absorbe le liquide pour l’envoyer à l’éponge bambou, et reste sèche en surface. Le bambou a une grande capacité d’absorption et comme en dessous il y a une couche de PUL qui est imperméable, c’est étanche. Le coton c’est pour faire joli et pour que le pul ne glisse pas dans la culotte.

J’ai pris une serviette normale qui m’a servi de patron, j’ai juste allongé les ailettes pour qu’elles se chevauchent pour mettre les pressions kam.

Découpe des différentes pièces :

Une en coton et une en polaire identiques pour le dessus et le dessous de la serviette. Une pièce en pul pour le centre sans les ailettes et le bambou en 2 couches, toujours pour le centre mais en plus petit.

Je couds en point de surpiqure les 2 pièces en bambou ensemble.

Ensuite, je les couds au point droit et long (5) sur l’envers de la polaire.

Je retourne la polaire sur l’endroit et je fais 2 traits en surpiqures sur les côtés pour guider le flux (comme sur les serviettes jetables). Je ne sais pas si c’est utile, mais c’est joli.

 

Sur l’envers de la pièce en coton, je couds le pul uniquement sur les côtés près des ailettes toujours au point taille 5. Il faut éviter de trop percer le pul pour garder l’étanchéité.

Je couds mes 2 pièces, envers contre envers, en laissant une ouverture pour les retourner et en suivant les contours. Je retourne et je refais une piqure tout le long au ras de la protection. Voilà.

 

 

Ceci est ma façon de faire. Je sais que certaines mettent du pul même dans les ailettes mais je ne trouve pas cela utile et en plus ça fait beaucoup de chutes de tissu (et au prix du pul …).

J’ai aussi cousu une culotte de règle pour la nuit. J’ai pris une culotte noire basique, j’ai décousu les 2 côtés et j’ai cousu une couche de pul, 2 de bambou, et une de polaire et j’ai recousu les côtés.

 

culotte de règles

Et dernière fabrication maison, des shortys de règles avec du scratch et des protections sans ailettes. Ca rassure pour le côté « ça tient en place ». Les culottes ne coûtent pas cher (9 euros les 3 chez HetM) et il y a même moins cher en forme de culotte (et pas shorty).

On est rassurée parce que ça ne bouge pas. On n’est pas obligée d’utiliser sa belle lingerie pour les jours de règle. J’ai volontairement mis sur la protection une plus grande longueur de scratch pour pouvoir positionner comme on le souhaite la protection dans la culotte

Un petit geste pour la nature

Je trie mes déchets depuis très très longtemps. Il n’y a plus de baignoire à la maison mais des douches. Sous les gouttières on a installé des cuve pour récupérer l’eau. On paille partout dans le jardin.

Ce n’est pas grand chose, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. Alors pour continuer dans ce sens, j’ai cousu des lingettes. On trouve des tutos partout. J’ai juste ajouté un petit plus : une couture en croix pour les garder jolies plus longtemps malgré les lavages répétés. Ca tient bien les 2 tissus et ça se chiffonne moins. Pour les filets de lavage, j’ai récupéré un haut que ma fille ne mettait plus et l’ai transformé. J’espère que l’idée de la croix vous aura plu !

 

Colette a trouvé son Hadrien

Il y a quelque temps je vous disais être à la recherche d’un jumeau pour Colette. Et bien, c’est fait. Je vous présente Hadrien. Merci à Nelly pour son aide.

 

La tenue jaune est une tenue corolle et l’autre est une tenue « Fils en fête » sur Etsy.

 

Comme sur un nuage ….

Lucile n’est pas que boudeuse, elle est aussi frileuse. Malgré son air mi boudeur, mi blasé, elle a besoin de douceur.

Une laine très aérienne fera l’affaire. Un béret, un manteau et une robe et la voilà prête pour affronter cette météo étrange qui fait que l’automne et l’été côtoient le printemps dans la même semaine ….

 

 

Masculin – féminin

Je me suis lancée dans la couture d’une chemise avec un patron Citronille pour Minouche.

J’ai beaucoup aimé le patron qui est vraiment à la bonne mesure mais j’ai beaucoup galéré par le manque d’explications, ce patron s’adressant à des couturières confirmées je pense.

Néanmoins, après énormément de temps passé, et des petites reprises ici et là à la main pour le col, voilà le résultat.

Pour Lucille, j’ai dû agrandir le patron car les manches ne passaient pas dans les bras. C’est encore un peu juste et la forme des épaules des zwergnase étant assez particulière, la veste n’est pas très ajustée. Au départ, cela devait être des chemises, mais j’aime bien aussi portées comme ça.

 

 

 

 

 

Fleur bleue

Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, j’ai appris la couture seule sur le net. Mes créations n’ont pas la perfection d’une couturière, mais je progresse. Cette série m’a demandé énormément de temps ……

Pour tout ce qui est au crochet, je ne vends pas de tuto et je n’en utilise pas. Je fais des créations uniques qui sortent de mon imagination. Il m’arrive de faire des vide dressing sur ebay quand j’ai les tiroirs trop pleins. Celles qui achètent ont de ce fait  la certitude de ne pas retrouver la même  chose ailleurs, à moins qu’on ne se soit inspiré de mon travail.

 

Comme je l’ai déjà écrit, j’adore la façon dont Corolle faisait ses catalogues (à la belle époque), avec toute une série de vêtements différents, faits dans les mêmes tissus.

 

J’ai essayé de refaire la même chose avec les filles. Dans ce post vous découvrirez 2 petites nouvelles. Lucile (la blonde) et Félicie. Deux  Zwergnase.

Je les trouvais un peu ridicules car je pensais que leurs pieds étaient aussi gros que leurs chaussures. Mais non. Ils sont normaux. Dans le prochain post, je vous les présenterai dans leurs tenues d’origine.

 

 

Lucile porte une veste matelassée beige doublée d’un liberty dans les tons bleus. J’ai acheté le patron chez « Heloïse et Ademar« . Je n’ai pas suivi à la lettre les explications car je ne voulais pas de coutures apparentes. Son petit haut est fait au crochet. Sa jupe est faite à partir d’un patron « les chéries de vanilline« . Son sac sort de mon imagination. Pour ses chaussettes j’ai un peu retoqué le patron d »Héloise et Ademar » à ma sauce. Son chapeau est fait au crochet 1,25 coton Rico, j’ai ajouté un ruban du même tissu que la jupe.

Pour Félicie, un béret coton Rico, crochet 1,25 avec un noeud du tissu liberty. Même veste que pour Lucille mais avec un bouton recouvert du tissu. Chaussettes aux rebords au crochet. Pour la robe, j’ai agrandi un patron « les chéries de vanilline », mais comme les Zwergnase ont des épaules très rondes, elle n’est pas très ajustée.

 

Suzanne porte un béret beige coton rico et crochet 1,25. Son chemisier, toujours fait à partir du patron « les chéries de vanilline ». Le pantalon est fait à partir d’un patron « les coutures de Magda« , que j’ai un peu modifié.

Pour Sidonie, même patron que pour Suzanne mais en version robe. Serre tête au crochet et ruban liberty, fleur au bouton recouvert de tissu.

Le porte bébé, je l’ai fait moi-même, sans patron, à partir un porte bébé barbie.

 

 



 



 

 

 

 

 

Tenue romantique pour Sidonie

Toujours dans le même style, une tenue pour Sidonie. J’ai gardé le haut que j’avais fait pour la démonstration et j’ai défait le début du jupon pour en faire une robe ouverte complètement.

Coton Déco 8 et crochet 1,25

Fermeture par boutonnière

Il arrive qu’en « navigant à vue », on se retrouve avec un dos de robe un peu juste et qu’il faut rattraper.

Je vous explique comment faire. Ce n’est pas ma façon de fermer les robes, dans la mesure où je préfère les robes ouvertes complètement. Je ne suis pas patiente pour habiller les poupées et les robes sont beaucoup plus faciles à enfiler en étant totalement ouvertes, surtout si la poupée est destinée à une petite fille.

 

Je tricote 3 rangs de mailles serrées de chaque côté du corsage sans oublier de faire mes boutonnières

Mon haut est fini

Il va falloir faire le jupon de la robe. 

Je fais une ligne de mailles serrées tout autour du bas du corsage sans tricoter le rabat de boutonnière et je ferme le rond

Mon début de ligne va s’en trouver décentré

Je recentre mon début de ligne en faisant le nombre de mailles coulées nécessaires (ici 3) pour se retrouver au milieu du travail

 

Je continue mon jupon. J’ai fais une ligne de brides, 2 par trou, pour avoir du volume

 

Le milieu du jupon se retrouve bien centré par rapport au corsage

Voilà, j’espère que c’est compréhensible

Un petit clin d’oeil à une copinaute qui se reconnaitra …………